SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

Le concept shandarien du droit de vie

Pour comprendre ce concept, il faut d’abord partir de l’observation suivante: Tous ce qui existe dans le cosmos à une raison d’être qui participe à l’épanouissement de sa fleur de vie. Et cela même si a notre propre niveau de conscience, on ne le voit pas et on ne le comprend pas toujours.

Ce qui veut dire que tout être, qu’il soit incarné ou non incarné, qu’il soit présent ici sur cette planète ou quelque part ailleurs dans l’univers dans une autre galaxie sur une planète d’un système stellaire existe et vit pour faire quelque chose d’important pour le cosmos. Sinon la conscience et l’intelligence du cosmos ne le permettraient pas et cet être n’existerait tout simplement pas.  Or, le fait qu’il existe prouve que le cosmos lui permet d’exister.

Ainsi, tous ce qui existe dans l’univers à un droit de vie

Le droit de vie peut alors se définir comme l’autorisation d’exister et de vivre pour le cosmos et son épanouissement. Étant nous-même un composant à part entière de ce même cosmos, en existant et en nous accomplissant pour lui, nous existons et nous accomplissons également pour nous.

Ce droit de vie s’exprime alors par l’autorisation du libre accès aux ressources dont toutes consciences/forces de vie incarnées a besoin pour assurer leurs survivances dans l’univers. Ce n’est qu’une fois leurs survies assurées qu’elles peuvent accomplir ce pourquoi elles sont venues s’incarner dans la matérialité de l’existence. Pour nous qui sommes incarnés dans des corps humains, ce droit à la vie ouvre sur le droit d’accès:

  • à l’eau et à la nourriture pour sustenter nos corps d’incarnation
  • aux vêtements pour couvrir et protéger nos corps d’incarnation contre les températures et agressions extérieures de la peau
  • au logement pour reposer et abriter nos corps d’incarnation de l’environnement et du climat rude et parfois hostile de cette planète
  • aux soins médicaux, chirurgicaux et dentaires pour réparer/régénérer nos corps d’incarnation si-nécessaire
  • à la libre communication &  circulation pour nos activités incarnatoires
  • à l’information/éducation pour nous instruire et pouvoir accomplir nos activités incarnatoires

Ce droit de vie implique également le fait de ne pas tuer ni altérer la vie, que cela soit celle des autres comme de la sienne. Dont l’interdiction des mutilations et automutilations (la 5ème des 7 pratiques interdites) ainsi que l’interdiction du suicide par la loi shandarienne.

L’exercice du droit de vie

Le droit à la vie nous est légitimement donné par le cosmos, mais c’est  à nous après de le saisir et de l’exercer en agissant pour assurer notre propre subsistance. Dans ce sens, un droit est perdu quand on ne l’exerce pas ou plus. Ainsi le shandarien doit conserver ce droit de vie par 2 choses:

  1.  Exercer ce droit et sa contrepartie, le devoir d’accomplir ce pourquoi il est venu s’incarner.
  2. Conserver la détention de ce droit contre toutes personnes ou organisations malintentionnées qui voudraient le lui retirer à travers la vigilance, la connaissance et la clairvoyance ainsi que par l’application du 4ème devoir fondamental. Souvenez-vous que rien n’est jamais définitivement acquit dans la vie, tous peut se prendre.

Toutefois, tout droit possède toujours une contrepartie qui est un devoir

Dans ce sens, si nous avons le droit d’exister, de vie, en contrepartie, nous avons également de devoir d’accomplir ce pourquoi nous sommes venu exister et vivre dans ce monde. Autrement dit, on ne pas avoir un droit  de vie pour finalement ne rien glander de nos journées, ne pas se réaliser ni participer à la continuité de cette existence à notre niveau. Car si on commence à faire cela, on est rappelé à l’ordre par l’intelligence du cosmos. Et si on persiste et on s’obstine dans cette même voie, a ne rien foutre, le cosmos nous rappellera définitivement afin d’être recyclé dans le grand flux et aller exister quelque part ailleurs dans le cosmos, là ou on sera plus utile.

Dans ce cas bien précis, ce n’est pas une punition ni une sanction de la part du cosmos, mais une régulation des choses. Car il faut bien comprendre ceci: vous n’êtes pas le seul à faire ces mêmes expériences, il y a d’autres consciences avec un programme d’incarnation croisé au votre qui vous attendent pour pouvoir faire aussi ces expériences ensemble. Mais si vous n’êtes pas là pour participer à cette expérience commune parce que vous n’avez envie de rien foutre, vous privez de par votre absence ces autres consciences de leurs propres expériences (1). Du coup, leurs évolutions de conscience est compromise par votre égotiste et fainéantise.

Ce n’est pas a nous de décider qui doit exister ou ne pas exister

Souvenez-vous ainsi que tous les êtres incarnés et non-incarnés dans le cosmos existe pour une raison utile à l’existence, la vie dans sa globalité. A partir de là, ce n’est pas a nous Shandarien de décider ni de décréter si une personne, un groupe de personne, un peuple ou une race qu’elle soit humaine ou non-humaine à le droit de vivre ou non, d’exister ou de ne pas exister. C’est à l’autorité suprême, donc au cosmos de le décider et de le décréter. De ce fait, nous devons juste nous accommoder de leurs présences, voir de les gérer et les maitriser si ils deviennent sources de problème, de déstabilisation ou de conflit afin que ces derniers ne viennent pas menacer notre propre existence , accomplissement et libre circulation dans l’univers. Enfin, la mort n’étant que virtualité, il ne sert à rien de vouloir tuer pour faire cesser la présence d’ une conscience incarnée dans un corps.

(1) Puisque ce sont des expériences croisées et interdépendantes dans leurs accomplissements et existences. Dans ce sens, une expérience ne peut se faire sans l’existence d’une autre.

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × cinq =

Revenir en haut de page
SPACE VIBRATION