SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

Les 3 degrés de reproduction dans le shandarisme

Le concept de reproduction chez les shandariens

Dans la pensée shandarienne, la reproduction est un processus bio-énergético-génétique de production de nouvelles enveloppes biologiques dont la fonction est de fournir de nouveaux réceptacles de vie à l’incarnation ou la réincarnation de conscience restées sur le plan para-physique du cosmos. Cette reproduction est un domaine de vie stellaire. Car elle est la voie d’acquisition d’un médium et support physique/biologique permettant à la conscience d’être présente dans l’univers et ses systèmes stellaires afin d’accomplir ce qu’elle est venue faire. Toutefois ce huitième et dernier domaine de vie stellaire reste facultatif, car la loi shandarienne n’impose pas la reproduction comme devoir à CQMSLCDE. Autrement dit, les shandariens et shandariennes n’ont pas pour obligation de procréer ni d’avoir des enfants. Rappelant ainsi que dans le Shandarisme, l’enfantement n’est absolument pas un devoir et que cela dépend directement du programme d’incarnation.

Les 3 degrés de reproduction

Sur le chemin des étoiles, on définit 2 types de reproduction complémentaires l’une de l’autre qui sont la reproduction naturelle et la reproduction artificielle. A travers ces 2 types de reproduction émerge 3 degrés de procréation qui sont:

Degré I – la reproduction naturelle: Elle est la reproduction par voie sexuelle/sexuée. Dans ce processus, l’homme est émetteur et la femme récepteur. L’homme émet et donne son information biogénétique par le medium des spermatozoïdes à la femme qui le reçoit pour ensuite l’associer et le combiner à sa propre information par le médium de son ovocyte. De cette combinaison, naît une fusion biogénétique et énergétique générant un zygote de nature androgyne qui selon son chromosome XX ou XY porteur deviendra par la suite un organisme pluricellulaire masculin ou féminin. Lequel servira alors finalement de réceptacle de vie pour la nidation et l’incarnation d’une nouvelle conscience.

Degré II – la reproduction naturelle optimisée: A mi-chemin entre la reproduction naturelle et artificielle par l’intermédiaire de l’ingénierie biomédicale et génétique, ce degré de reproduction produit des enveloppes biologiques mâles et femelles de qualité supérieure. On génère ainsi des réceptacles de vie oscillant sur des fréquences vibratoire en croissance constante de génération en génération. Ceci dans le but ultime de rendre compatible les niveaux vibratoires entre les futures consciences, forces de vie et leurs réceptacles biologiques.

Degré III – la reproduction artificielle : Elle est une reproduction utilisant l’hybridation entre le code de vie (ADN) humain et celui d’autres espèces venant d’outre-espace (extraterrestre) ou d’autres dimensions (extra-dimensionnelle). Pour comprendre le sens premier de l’hybridation, il faut savoir que toute espèce biologique possède une limite évolutive qu’elle ne peut dépasser. C’est « la frontière bio-évolutive ». Dès lors pour pouvoir continuer son existence ainsi que son évolution vers des plans de conscience supérieur, il est nécessaire de transcender cette barrière. Dans cette optique, seule l’hybridation avec d’autres espèces intelligentes dans l’univers le permet. Autrement, l’espèce finira par dégénérer, régresser jusqu’à sa complète extinction. Bien entendu, l’hybridation peut également avoir d’autres buts que celui cité, mais ce dernier est l’objectif premier et essentiel de l’hybridation.

Métissage & brassage génétique

Le métissage et le brassage des gènes est fondamental et essentiel pour l’amélioration des réceptacles de vie dans lesquels viennent s’incarner ou se réincarner les consciences. Mais il l’est aussi pour la survie biogénétique d’un groupe. Dans ce sens, si les membres d’un même groupe se reproduisaient exclusivement entre eux, on finirait par assister à l’apparition de tares génétiques avec des membres de plus en plus déficient biologiquement et mentalement incapable d’assurer la continuité et transmission temporelle de la mémoire et information génétique du groupe dont ils sont porteur. Ce qui mènerait fatalement à son extinction purement et simplement. A partir de là, l’introduction de nouveaux gènes par le brassage génétique et le métissage avec d’autres êtres assure une diversité menant à la survie biogénétique et évolutive du groupe en question. Dans ce sens, le shandarisme encourage les accouplements mixtes avec des êtres du Xenos afin de créer un brassage et une diversité génétique générant de beaux spécimens d’enveloppe biologique de qualités supérieures qui assureront la continuité existentielle du collectif biologique shandarien.

Enfin, les concepts de « pureté raciale » et « d’hygiène raciale » n’existent pas dans la pensée shandarienne. Ce qui implique qu’il n’y a pas de race pure ou impure dans le cosmos. De ce fait, il n’y a que des espèces se manifestant sous différents aspects et formes d’expression qui leurs sont propres, le tout composant la zoologie de l’univers. Rappelant pour finir que les ségrégations, le racisme comme le racialisme sont strictement interdit par les lois shandariennes.

Texte original: http://shandarism.com/Fr/Style-de-vie/Quotidien/reproduction.php

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + quatorze =

Revenir en haut de page
SPACE VIBRATION