SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

L’inceste et l’adultère dans le Shandarisme

Le Shandarisme interdit l’inceste et l’adultère à travers l’Ataraxia pour des raisons non pas morales ou éthiques, mais pour des raisons d’ordre génétique et énergétique. Cette interdiction touche aussi bien les shandariens que les shandariennes.

Il existe bel et bien une complète liberté sexuelle dans le Shandarisme, mais elle n’inclut pas l’inceste et l’adultère qui restent des pratiques interdites pour les initiés.

L’interdiction de l’inceste

L’inceste est la seconde des 12 pratiques sexuelles interdites après le viol. A cet effet, il est écrit dans l’Ataraxia, le livre de la loi shandarienne à la Table V: L’Existence, Directive: 9 lois sociologiques – sexualité, Sous-directive 227: Les 12 pratiques sexuelles interdites sont le viol, l’inceste, l’adultère, l’asphyxiophilie, la pédophilie, la zoophilie, l’urophilie, la scatophilie, la sitophilie, la pharmacophilie, la gérontophilie et la nécrophilie.

A l’origine de cette interdiction de l’inceste, il y a la préservation contre les éventuelles tares génétiques et problèmes de consanguinité en cas de fécondation. En effet, il faut savoir que la reproduction entre 2 personnes ayant un ADN proches (donc parent) génère des enveloppes biologiques dysfonctionnel. C’est donc pour s’en prémunir que le Shandarisme à interdit l’inceste à ses membres.

L’interdiction de l’adultère

L’adultère est la 3ème des 12 pratiques sexuelles interdites pour un initié. Mais il est aussi écrit à la Table V: L’Existence, Directive: 9 lois sociologiques – Alliance & vie conjugales, Sous-directive 194: L’adultère est interdit afin de ne pas détruit les liens psychiques et énergétiques.

Dans ce sens, l’adultère brise les liens psychiques et énergétiques qui ont été établit à travers l’accomplissement du rite d’alliance. Or, si ces liens ont été établit, c’est parce qu’ils étaient nécessaires à l’accomplissement du plan d’incarnation commun de l’époux et de l’épouse. Autrement, aucune alliance n ‘aurait eux lieu. Les initiés sont des personnes pragmatiques, ils ne s’unissent jamais pour rien.

Dès lors, lorsqu’il y a adultère, cela annule ce qu’ils étaient censés accomplir en commun à travers leurs liens psychiques et énergétiques rompus.  Ce qui aura pour conséquence future de se réincarner tout les deux pour terminer ce qui aurait du être fait durant cette présente vie.

Ainsi pour éviter une nouvelle réincarnation à deux dont on se serait bien passé, il est préférable dans le Shandarisme de faire un sigheh voir de se séparer/divorcer plutôt que de commettre l’adultère.

Le Shandarisme interdit, mais ne condamne pas

Quand il y a inceste ou adultère dans le cercle et ses membres, la conscience collective ne condamne pas, mais elle n’approuve pas non plus. Par contre, étant tous liés et sachant que les conneries des uns peuvent affectés les liens et niveaux vibratoires des autres, celui ou celle qui à commit l’inceste ou l’adultère devra mettre les choses au claire et éviter des retombées négatives et conséquences toxiques à venir à travers la justice stellaire. Rappelant ici que la justice stellaire ne juge pas et ne condamne pas, mais régule les choses afin que la vie, ses forces et ses flux continuent leurs circulations sur les plans visibles et invisibles du cosmos.

Enfin, en cas de fécondation suite à un inceste, il est préférable d’avorter plutôt que de risquer de mettre au monde un enfant handicapé ou attardé. Ceci sachant que la loi shandarienne autorise l’avortement (1)

(1) Table V: l’Existence, Directive 8: Lois écologiques -l’enfantement, Sous-directive 136: L’avortement est permis pour celle qui marche sur le chemin des étoiles. Mais son choix d’incarnation devra être consulté avant toutes actions.

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + 14 =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!