SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

Les 4 devoirs fondamentaux

Les 4 devoirs fondamentaux (Οι 4 θεμελιώδεις καθήκοντα) définissent la relation entretenue entre celui qui marche sur le chemin des étoiles et l’édifice du Shandarisme. Chacun de ces 4 devoirs se déclinent en d’autres devoirs selon le degré de conscience dans lequel l’initié se trouve sur la voie du Shandarien. C’est à dire basse, moyenne ou haute conscience.  Il s’agit ici des 4 devoirs fondamentaux pour le degré de basse conscience.

Le premier devoir fondamental : la présence (Παρουσία)

Pour être présent sur la voie du shandarien nous devons être conscients que nous sommes sur ce dernier et non ailleurs. Et pour être conscient de cela, nous devons être dans le momentum. C’est-à-dire être dans l’instant présent. Ainsi, le premier devoir est d’être présent sur la voie en restant dans le momentum ; et ne pas avoir la tête ailleurs perdue dans ses propres histoires et croyances. Mais cela ne suffit pas, il manque également deux autres choses qui sont la légitimité et l’état d’esprit.

Pour être présent sur la voie du shandarien, il est fondamental d’embrasser la légitimité de Shandaria dont elle est issue. Ceci afin de s’ancrer dans cette présence et non être ancré sur le chemin. Sinon on n’avance plus et on reste sur place. Ainsi si cette voie n’est pas légitime aux yeux de l’initié, il n’y aura pas d’ancrage psychique et énergétique possible de sa part et donc, il ne restera pas pour y être présent et ensuite progresser. Autrement dit, il ira voir ailleurs. Afin de permettre cette légitimité et ancrage, il y a l’Antilipsi (Αντίληψη) et  la Vevaiótita (Βεβαιότητα).

Le second devoir fondamental : l’action, le mouvement (Δράση) 

Une fois dans le momentum, nous devons agir sur la voie du Shandarien pour accomplir notre Moira et ainsi nous réaliser. Cette action et son mouvement consistent à mettre en application le cycle de la pratique. Mais cette action et mouvement sont aussi l’activation et la maintenance en vie de Shandaria. Car s’il n’y a pas d’action et de mouvement, il n’y a pas d’énergie produite. S’il n’y a pas d’énergie produite, la conscience collective ne peut plus être alimentée. S’il n’y a plus de conscience collective alimentée, il n’y a plus de Shandarisme. Enfin, s’il n’y a plus de shandarisme, il n’y a plus de shandarien. D’où l’existence de ce second devoir fondamental qui est vital.

L’action qui est suivre le cycle de la pratique doit se faire dans l’orthodoxie et non dans l’hétérodoxie de Shandaria. Pour ce faire, cette orthodoxie se base sur le principe de « la strict observance ». La stricte observance est l’attitude et le comportement d’observer de manière strict l’état d’esprit et les principes de Shandaria.

Le troisième devoir fondamental : l’assimilation  (Αφομοίωση)

L’assimilation consiste à acquérir ou « assimiler dans notre réalité »  les ressources nécessaires à notre continuité sur la voie du shandarien.  Dans cette optique, il existe 3 types de ressource qui sont l’information, l’énergie et la matière.

1) L’assimilation de l’information consiste à télécharger des mémoires dans son esprit par télépathie ou hypnopédie qui devient connaissance. Cette mémoire est inscrite dans les 9 livres composant les écritures shandariennes.

2) L’assimilation de l’énergie consiste à assimiler de l’énergie de vie à travers la pratique de l’alimentation énergétique afin de disposer de toute la force et la puissance de vie nécessaire à notre régénérescence et accomplissement.Cette pratique fait partie de l’hygiénisme shandarien.

3) L’assimilation de la matière consiste à acquérir de la matière de vie utilisée comme support à l’action du shandarien sur ce plan de réalité.  Les biens fonciers, immobiliers, machineries, outillage et fournitures sont également considérés comme composés de matière de vie n’en déplaise à certains.

Le quatrième devoir fondamental : la conservation (Διατήρηση)

Pour pouvoir continuer à progresser sur la voie du Shandarien, nous devons conserver ce que nous avons besoin et nous défaire de l’inutile.Mais aussi remplacer ce qui est usé et réparer ce qui est cassé. Il existe 2 degrés d’application de ce 4ème devoir, le degré global avec l’application du sceau du secret et le degré spécifique expliqué ici.

Dans ce degré spécifique, la conservation consiste à garder, protéger et entretenir avec connaissance, clairvoyance et intelligence ce que nous sommes, nos capacités, nos réalisations, savoirs, outils et technologies contre tous ce qui  peut altérer et détruire ces derniers.

Cette conservation peut prendre 2 formes : passive et active. Pour ce faire, il n’y a pas besoin de tout détruire en se prenant pour Rambo ou G.I Joe. Et encore moins de déclencher des guerres et conflits inutiles. La culture de la violence, de la guerre et de la destruction si chère à certains non-shandariens, ne fait pas partie de la mentalité shandarienne ni de nos mœurs. Cela ne veut pas dire que nous soyons sans défense, mais seulement que nous avons d’autres méthodes plus intelligentes et moins destructrices pour assurer notre propre sécurité et défense.

Ainsi, nous agissons avec maitrise, science, conscience et intelligence. Là ou nous entrons en capacité de surpasser les éléments dangereux pour ensuite complètement les neutraliser/convertir de manière adéquate, rapide, efficace, discrète et silencieuse. Ceci sans violence, sans blessé ni mort. Pourquoi de manière discrète et silencieuse? Pour ne pas perturber l’environnement et ses équilibres à travers les actions de conservation. Dans ce genre d’affaire, le but est de régler rapidement, effacement et définitivement le problème et non de rechercher la célébrité, la gloire en faisant du sensationnalisme éblouissant/impressionnant les sauvages de cette planète.

Application et surpervision des 4 devoirs fondamentaux

L’application et la supervision des 3 premiers devoirs, c’est à dire la présence, l’action et l’assimilation revient à la conscience collective à travers ses unités de consciences incarnées/nidées dans une enveloppe charnelle, les Shandariens. Enfin, la supervision du 4ème devoir est partagé en deux. Le degré global pour la conscience collective et le degré spécifique au conseil des gardiens et son application, aux sentinelles également appelées les hommes de l’ombre. A l’instar des hommes en noir dans le phénomène OVNI, les hommes de l’ombre (ou sentinelles) sont des Shandariens maitrisant la télépathie ainsi que l’influence et le contrôle par la pensée.

 

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 5 =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!