SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

La mort n’est que virtualité

Dans la pensée shandarienne, on dit que la mort n’existe pas. On dit même que la mort n’est que virtualité. Autrement dit, elle n’est qu’une réalité virtuelle. Pour correctement le comprendre, il faut saisir 2 choses essentielles qui sont:

1. Nous ne sommes pas notre corps d’incarnation (corps physique)

2. Nous sommes une énergie de vie. L’énergie ne disparait jamais, elle se transforme en modifiant sa fréquence.

De ce fait, on ne peut pas mourir, puisque:

1) Le corps d’incarnation se dévitalise pour ensuite se transformer (décomposition, etc) afin d’être recyclé dans la nature. Là ou ses molécules serviront et intégreront  la générescence de nouveaux réceptacles de vie pour d’autres consciences en attente d’incarnation.

2) Notre énergie de vie continuera à vivre ailleurs dans le cosmos ou se réincarnera dans un nouveau réceptacle de vie.

Un champ de réalité virtuelle

Lorsqu’il y a désynchronisation, rupture du cordon énergétique (le fil d’argent) et séparation définitive entre notre essence de vie (condensé en un corps d’énergie/psionique) et notre corps d’incarnation (biologique), le corps d’énergie se retrouve sur le plan para-physique du cosmos.

Or, ce plan para-physique n’est rien d’autre qu’un complexe holographique qui constitue un vaste champ de réalité virtuelle pour la conscience de tout à chacun.

Un champ de réalité virtuelle dans lequel nous projetons nos propres désirs comme nos pires craintes. Mais également nos créations mentales collectives qui se matérialisent sous forme de monde consensuel.

La disparition de la volonté de mort

Si la mort n’existe pas, alors vouloir la mort d’une personne ou d’un groupe de personne pour X raison est complètement stupide. Puisque ces derniers ne peuvent pas mourir. A quoi bon vouloir tuer une personne puisqu’elle continuera a vivre après? Sans compter qu’elle peut aussi attendre ou revenir pour se venger après!

Dès lors la volonté de vouloir la mort de X ou Y n’a plus de validité et disparait de la psyché du Shandarien. Mais faut-il encore en prendre conscience pour le réaliser! Mais aussi ne pas être sous l’emprise d’une idéologie ou d’une émotion destructrice voir de l’orgueil ou la convoitise. D’où la nécessité de la maitrise de soi et de la libération des monstres de l’Hyde en plus de la conscience de soi. Sinon la volonté de mort ne disparaitra pas et perdura dans l’esprit.

Idem pour les menaces de mort…

A quoi bon menacer une personne de mort puisque la mort n’existe pas? Cela n’a pas de sens. De ce fait, les Shandariens n’utilisent pas les menaces de mort et n’ont pas besoin de le faire. A la place, ils utilisent leurs pouvoirs télépathiques/télépsychiques ainsi que la force de leurs Qa pour recadrer et imposer le respect ainsi que leurs autorités dans l’esprit et l’inconscient des autres sans s’énerver, sans violence ni menace.

La peine de mort n’existe pas chez les Shandariens

Si la mort n’existe pas dans la psyché shandarienne, alors la peine de mort n’existe également pas.  Comme pour la volonté de mort, a quoi bon vouloir condamner à mort une personne puisque son essence vitale, sa conscience continueront leurs vies après? Ils iront seulement vivre ailleurs dans le cosmos. De ce fait, la peine de mort n’a pas de raison d’être. Ce qui n’a pas de raison d’être sur le chemin des étoiles n’existe pas.

D’ailleurs, cette inexistence de la peine de mort se retrouve dans les écrits de l’Ataraxia à la Table I: Shandaria, Directive 5. Le collectif biologique, Régulation, Ordre &  équilibre – Sous-directive 273:

Les châtiments corporels, les tortures et la peine de mort sont interdits.

Les châtiments corporels et tortures sont interdits et ne se pratiquent pas dans le Shandarisme pour la bonne simple raison que ces pratiques sont associées aux barbares et aux sauvages, mais aussi que cela peut endommager le réceptacle de vie. Dans ce sens, un réceptacle de vie blessé, handicapé, comateux ou dévitalisé (mort) ne serait plus d’aucune utilité pour la Conscience collective. D’où l’intérêt de le garder intact et fonctionnel!

Enfin, si nous voulons soutirer des informations à une personne , nous n’avons nul besoin de la torturer, mais seulement utiliser la télépathie pour entrer dans son espace mental, puis scanner sa mémoire à la recherche de l’information recherchée. Tous ceci combiné fait que les châtiments corporels, les tortures ainsi que la peine de mort ne se pratiquent pas chez les Shandariens.

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 2 =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!