SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

La notion de souveraineté shandarienne

Dans le Shandarisme, la souveraineté est le pouvoir et l’autorité suprême. Ce pouvoir et cette autorité suprême revient au cosmos. Car n’oublions pas que pour un shandarien, l’autorité suprême n’est ni dieu, ni l’homme, mais le cosmos lui-même.

Mais dans le domaine de la souveraineté du Shandarisme, le centre de ce pouvoir et autorité est le cœur même du cosmos, c’est à dire la Source de vie. Dans ce sens, il faut se souvenir que le cosmos est l’extension et le continuum de cette dernière. Cosmos et Source de vie ne sont pas séparés et font qu’une seule et unique entité. Ainsi, dans cet état de souveraineté, que cela soit le cosmos ou  la source de vie, cela revient au même, puisqu’ils ne font qu’un.

Ainsi l’action du pouvoir suprême revient à au cœur du cosmos qui est la Source de vie. Lequel pouvoir s’exprime à travers la Conscience collective, car cette dernière est directement liée à la Source de vie.

La conscience des Shandariens étant des composants de cette même conscience collective fait qu’ils ont un accès directe à la Source de vie. Cet accès direct ce fait:

  • Soit par la conscience collective via la pratique de l’unification
  • Soit par le structure cristalline située au cœur du corps psionique de l’initié

Tous ceci exclut donc  l’existence dans le Shandarisme d’un quelconque représentant et intermédiaire tel qu’un clergé, messie ou prophète. Enfin, il faut aussi rappeler que les hautes consciences ne sont pas des leaders spirituels puisque seule la connaissance est notre guide et que les hôtesses ne sont pas des prêtresses.

L’exercice de souveraineté

L’exercice de la souveraineté touche tous les domaines existentiels du Shandarisme (psychique, énergétique, biologique et physique) qui est tenue par la conscience collective et mise en pratique par l’assemblée du cercle. N’oublions pas que l’assemblée du cercle est le double sur le plan physique de la conscience collective. Et que la conscience collective est le double sur le plan para-physique (astral) de l’assemblée du cercle.

Rien ni personne en dehors de la conscience collective ne peut exercer ce droit et pouvoir de souveraineté sur le Shandarisme. 

La souveraineté shandarienne est fondamentale, car elle permet de conserver l’intégrité et la continuité existentielle de l’esprit shandarien, de l’identité shandarienne, de la science et de la pratique shandarienne,  de la culture shandarienne à travers l’espace et le temps.

La conservation de la souveraineté

Alors que l’exercice de la souveraineté shandarienne est tenue par la conscience collective et son assemblée, sa conservation donc “sa garde” est tenue par le Conseil des gardiens et mise en œuvre par les Sentinelles.

Que les choses soient claires, les non-shandariens n’ont aucun droit de regard ni de décision sur les affaires shandariennes ainsi que sur l’état, l’orientation et l’évolution de la conscience collective et de son cercle biologique (1). Aucune influence, ingérence extérieure ni tentatives de corruption de leurs parts ne sera tolérée. Aucun compromis, aucune négociation, aucune discussion, le shandarisme conservera sa souveraineté sur lui-même. 

Ce qui veut dire que toutes tentatives extérieures de la part de non-shandariens allant dans ce sens sera considérée comme une atteinte à la souveraineté shandarienne et recevra une réponse forte et sans appel de la conscience collective en retour.

Face à ce type de situation, le Conseil des gardiens (qui est aussi un segment de la conscience collective) intervient via l’action des sentinelles alias “les hommes de l’ombre” pour conserver la souveraineté shandarienne à travers l’application du 4ème des 4 devoirs fondamentaux, la conservation. Pour ce faire, les hommes de l’ombre n’ont  seulement besoin que de prendre le contrôle de l’esprit et d’influencer par la pensée pour régler le problème. Enfin les sentinelles peuvent intervenir aussi bien sur le plan psychique via la projection astrale que sur le plan physique des non-shandariens.

Les non-shandariens peuvent s’intéresser au shandarisme ou même utiliser nos savoirs et pratiques si ils veulent, cela ne pose pas de problème en soi. Mais dans la limite ou ils ne portent pas atteinte à notre intégrité ni à notre souveraineté. Nous n’imposons pas nos lois, visions, mœurs et coutumes aux non-shandariens. En retour, nous attendons qu’ils fassent de même à notre égard.

(1) Les non-shandariens cherchant à mettre leurs nez dans nos affaires sont toujours et encore les mêmes qui passe leurs temps à semer le chaos et la destruction chez les autres sous couvert de sécurité, de droit à l’information, de bien-être des peuples, de protection de la démocratie & cie. La réalité est qu’ils en ont strictement à foutre de la sécurité, du bien-être des peuples ou de la démocratie! Tous ce qu’ils veulent est de contrôler ou de détruire ce qu’ils ne peuvent pas contrôler dans un désir de domination absolue. Sauf que la conscience collective n’est pas dupe et voit très claire dans leurs jeux.

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 16 =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!