SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

La zoologie de l’univers

Dans la pensée shandarienne, la zoologie de l’univers est l’ensemble de toutes les formes de vie minérales, végétales et organiques existant dans les différents systèmes stellaires de l’intégralité des galaxies que compte l’univers.  Inutile de dire que l’on parle ici des milliards de milliard de milliard de milliard de race peuplant la totalité de cet univers.

Cette zoologie exprime la direction de la conscience du cosmos.

Ainsi cette dernière n’évolue pas dans une seule et unique direction, mais dans toutes les directions possibles de l’univers. Lesquels s’expriment alors par une diversité de forme de vie servant chacun de réceptacle à la nidation et à l’incarnation d’un segment de la conscience du cosmos.

L’inclusion de l’espèce humaine

L’humain n’est pas exclut de cette zoologie, mais inclut. Dans ce sens, n’oublions pas que l’homme est aussi un mammifère de la planète terre n’en déplaise à certains. Ainsi, l’espèce humaine n’est qu’un maillon d’une ligne évolutive parmi des milliards de milliard de milliard d’autres existantes dans l’univers. Ce qui implique que:

  • l’humain n’est pas le centre ni la totalité de l’univers. Il n’y a donc pas d’universalité de l’homme.
  • l’humain n’est pas au sommet de l’évolution. Ce qui exclut le spécisme plaçant l’homme au dessus de toutes les autres espèces
  • l’humain n’est pas sacré ni de source divine, mais stellaire, car il a été crée dans ce  présent système stellaire, Solaria (ou système solaire pour les non-initiés.)

De ce fait, l’espèce humaine n’est qu’une forme de vie parmi tant d’autres dans l’univers. Ainsi l’humain ne peut prétendre à une quelconque immunité, traitement de faveur ou de passe-droit sur les milliards de milliards d’autres espèces vivantes. Ce qui exclut l’humanisme. D’ailleurs le Shandarisme rejette complètement l’humanisme.

La place des humains dans la zoologie

La place des humains dans cette zoologie est d’être sur la planète terre tout en tenant des correspondances, collaborations, voyages et échanges avec d’autres formes de vie et système stellaire. L’expansion et la domination humaine dans la galaxie à travers la colonisation d’autres planètes et systèmes stellaire n’est tout simplement pas possible. Car la colonisation et domination par l’homme contreviendra à l’ordre naturel du cosmos et des conventions interstellaires.

Les shandariens eux-mêmes n’ont pas le droit d’aller coloniser d’autres planètes et systèmes stellaires.

A ce effet, il est écrit dans l’Ataraxia (le livre de la loi shandarienne) à la Table VII: Évolution,  Directive 7. Présence spatiale & évolution de conscience, Notre rapport à la vie dans l’univers, Sous-directive 121:

Celui qui marche sur le chemin des étoiles ne se déploie pas et ne colonise pas d’autres mondes et systèmes stellaires afin de laisser ces derniers exprimer leurs intentions.

La réalité est qu’on peut implanter des bases sur d’autres planètes et systèmes stellaires, mais à condition de:

  1. demander l’autorisation aux gestionnaires de ces planètes en question avant
  2. qu’il n’y ait pas de colonisation de ces planètes
  3. qu’il n’y ait pas d’interférence avec la vie sur ces planètes
  4. qu’il y ait conservation de l’intégrité planétaire et leurs écosystèmes.

L’esprit Shandarien dans la zoologie universelle

L’esprit shandarien ouvre la conscience de l’initié sur cette zoologie universelle. Car les formes de vie de cet univers font partie intégrante de celui-ci. Dès lors en ouvrant la conscience à l’univers, on inclut également tout son contenu, c’est à dire l’intégralité des formes de vie composant cette zoologie universelle.

Dans cette ouverture, il y a une connaissance et reconnaissance menant à l’acceptation de l’ensemble de ces formes de vie. Mais il n’y a pas d’adhésion ni de rejet de ces dernières. C’est à dire qu’on intègre leurs existences et présences à notre propre monde et réalité, mais on n’adhère pas à leurs histoires. Autrement dit, on reste neutre. Car c’est dans cette neutralité que la recherche d’unicité avec le cosmos peut se faire en laissant la diversité de l’univers être.

A partir de la, il n’existe pas de bonne ou de mauvaises races extraterrestres, mais seulement des formes de vie agissant selon leurs propres perceptions et conceptions des choses.  Maintenant, comme chez les humains, il peut y avoir dans ces mêmes races des êtres amicaux ou hostiles sans qu’il n’y ait cette connotation manichéenne du bien et du mal. D’ailleurs le bien et le mal n’existe pas dans la pensée shandarienne, il s’agit juste d’un jugement de valeur arbitraire.

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 3 =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!