SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

Les 7 pratiques interdites

Afin d’éviter la connexion avec d’éventuelles fréquences et énergies de vie toxiques et parasitaires, mais aussi pour l’écologie des pratiques shandariennes, il existe une liste de 7 pratiques strictement interdites pour celui qui marche sur le chemin des étoiles.

Ensemble elles contribuent à faire de la pratique shandarienne, une pratique « propre ».  Ces 7 pratiques interdites sont:

1. Le culte, l’adoration et les dévotions

Le Shandarien doit pouvoir avoir le champ libre pour faire ses expériences de la réalité. Or, la pratique d’un culte n’est rien d’autre qu’un moyen de limitation et d’asservissement de l’esprit. Il empêche le shandarien de pleinement s’accomplir au profit d’un système égrégorique ou d’un groupe d’âme qu’il soit religieux ou autre. Pour éviter cette connexion et emprise, le culte, l’adoration, l’idolâtrie et la dévotion ne se pratiquent pas sur le chemin stellaire.

2. Les prières, supplications et prosternations

Le Shandarien n’a pas besoin de prier ni de supplier qui que ce soit ou quoi que ce soit pour réaliser ou obtenir ce qu’il veut. Il agit seulement avec intelligence, connaissance, clairvoyance et persévérance afin d’atteindre ses objectifs. De ce fait, ces pratiques ne lui sont d’aucune utilité. Ce qui n’a pas d’utilité n’a pas lieu d’exister dans la matière et ses formes. Enfin, l’absence de ce type de pratique permet également d’éviter la connexion et la dépendance avec les égrégores et entités de l’astral auxquels sont destinées ces prières, supplications et prosternations.

3. Les offrandes, chants et danses

Les offrandes, chants et danses sont des pratiques qui ont pour seul but de plaire en vue d’avoir la faveur de quelqu’un ou de quelque chose. Autrement dit, cela revient à demander l’autorisation à une puissance supérieure d’obtenir ce que l’on souhaite. Le Shandarien n’a pas besoin de demander l’autorisation ni plaire pour obtenir une faveur, il se la créer lui-même et agit dans ce sens. De ce fait, les offrandes, chants et danses en vue d’obtenir quelque chose ne se pratiquent pas sur la voie du shandarien. De plus cela évite de créer des relations de dépendance et de servilité avec des puissances supérieures pouvant nous retenir dans notre progression vers les plans supérieurs du cosmos.

Toutefois cette interdiction se s’applique pas à l’utilisation des chants et danses comme moyens vibratoires dans les pratiques occultes et énergétiques et qui ne sont pas orientées vers ces dites puissances supérieures.

4. Les sacrifices humains et/ou d’animaux (sacrifices de sang)

Chaque forme de vie sur cette planète à une fonction à remplir qui contribue à l’existence de l’écosystème, qu’il soit biologique ou énergétique. Maintenant si on sacrifie une forme de vie dans un rituel ou autre, qu’elle soit humaine ou autre, on stop tout bonnement sa mission de vie sur ce système stellaire et donc, de cause à effet, on prive l’écosystème de ressource nécessaire à sa mise à jour et évolution. En tant que Shandarien, vous ne devez pas altérer l’écosystème des planètes, mais au contraire laisser leurs intégrités structurelles et fonctionnelles. Et ceci à commencer par l’écosystème de Gaia (la planète terre). Ce qui implique de ne pas sacrifier les formes de vie, qu’elles soient humaines ou animales dans des rituels en vue d’obtenir égoïstement pouvoir, argent, succès ou autre.

Si vous voulez le pouvoir, l’argent, le succès, les femmes, vous pouvez les obtenir. Cependant, vous n’avez pas besoin de sacrifier une jeune fille vierge, un enfant ou un chat noir pour y parvenir. Enfin, l’absence de sacrifice de sang évite l’interaction avec certaines entités de l’astral voir d’ouvrir des portails vers d’autres mondes vibrant plus bas que soi et toxique pour son équilibre, sa santé et son évolution.

5. L’auto-flagellation et toutes autres pratiques de mutilation corporelle

Le réceptacle de vie (l’enveloppe charnelle) que l’on utilise pour être présent, communiquer et interagir sur ce plan de densité du cosmos est nécessaire. Sans lui, nous ne pouvons plus accomplir notre Moira dans ce système stellaire. Or si ce réceptacle de vie est endommagé, paralysé ou comateux, il ne sera plus d’aucune utilité.

Les corps humains que nous utilisons doivent par conséquent demeurer fonctionnel voir être optimisés ci-nécessaire pour pleinement accomplir leurs fonctions. Ils ne doivent jamais être altéré ou détruit tant qu’ils restent en activité physiologique. Ce n’est que lorsqu’ils ne sont plus actif (donc dévitalitalisés, morts) qu’ils peuvent être détruit.

De ce fait, les auto-flagellations ainsi que les autres pratiques entrainant des lésions, traumatismes et mutilations corporelles altérant la structure et l’opérationnalité du réceptacle de vie ne se font pas pour un Shandarien. De plus, l’absence d’auto-flagellation et d’autres pratiques de mutilation corporelle évite la production de Kesh attirant certaines entités de l’astral.

6. La consommation de drogues hallucinogènes ou d’alcool

Pour poursuivre la voie du shandarien, la maitrise et la conscience de soi sont impératives. Or, lorsque vous consommez des drogues ou de l’alcool, vous cédez votre maitrise de vous-même et votre conscience à la plante transformés en drogue ou alcool consommés. Dès lors, vous n’êtes plus maitre de vous ni conscient de vous. Vous partez alors dans les délires et fantasmes psychédéliques de votre inconscient guidés par l’intention de la plante. Ce qui fait que vous n’êtes plus disponible et donc en capacité de suivre ni de progresser sur la voie du Shandarien. Ainsi, pour maintenir cette capacité et maitrise de soi nécessaire que la consommation de drogues hallucinogènes ou d’alcool sont ici prohibées.

7. Les viols rituels & la prostitution sacrée

Les viols et abus rituels génèrent des traumatismes aussi bien sur le plan énergétique, psychique que biologique. Or pour pouvoir pratiquer et suivre correctement la voie du shandarien, il est impératif de ne pas avoir de traumatismes qui handicapent l’esprit ainsi que les actions entreprises pour se réaliser et ainsi progresser. Un Shandarien qui n’est plus en capacité de s’accomplir et donc, d’apporter de la valeur à travers ses réalisations devient sacrifiable. Toutefois cette disparition générait un manque. D’où la nécessité de préserver ses capacités en interdisant ces pratiques sur la voie. De ce fait, les viols rituels sont ici strictement interdits.

Enfin, concernant la prostitution dite « sacrée » pratiquée dans le cadre d’un rituel ne sert strictement à rien. Ce n’est pas en se prostituant que l’on va se réaliser. C’est pour cela que la prostitution  ne se pratique pas pour un shandarien comme pour une shandarienne. Enfin, l’absence de viols rituels et de prostitution sacrée évite tout comme l’auto-flagellation la production de kesh avec ses conséquences toxiques et néfastes sur l’initié.

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + quatre =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!