SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

Sexualité stellaire

Principe de la sexualité des étoiles

Également appelée sexualité stellaire, la sexualité shandarienne n’est pas une sexualité sacrée ni divine, mais une sexualité des étoiles dans le sens ou elle connecte l’esprit au cosmos et aux étoiles faisant de l’homme et la femme l’incarnation des principes du masculin et du féminin cosmique.

Cette dernière se fonde sur l’unification du masculin cosmique (Alpha) et du féminin cosmique (Beta) générant l’Androgyne cosmique. Cet état d’androgénie résultant du « Zevgaroma » (Ζευγάρωμα) ou accouplement prend la forme de positions sexuelles appelées « Astérismos » ou constellations.

Dans ces constellations, l’interaction énergie-matière entre le masculin cosmique et le féminin cosmique génère le Khárisma (Χάρισμα). C’est-à-dire l’acte sexuel.

Cette interaction produit l’énergie des pouvoirs créateurs et procréateurs du cosmos qui se manifeste pour accomplir leurs intentions (fonction) de création de l’énergie de vie dans l’univers.

Alpha & Beta

Le symbole shandarien du pouvoir créateur est représenté par Alpha et Beta dans le Zevgaroma.

Le couple (l’androgyne cosmique) est entouré par un cercle symbolisant l’énergie de vie créée. A chaque coté du cercle se trouve l’énergie avec un atome ainsi que la matière de vie avec un brin d’ADN. L’ensemble est surmonté par l’œil omniscient, symbolisant la conscience et le savoir. Le tout dans contenu dans un triangle (Δ) ou « le delta lumineux » symbolisant ici l’édifice de la lumière de la création.

 

Les rites de l’énergie

Le Khárisma est réalisé à travers 6 rites et cérémonies d’énergie comme supports et vecteurs canalisant les pouvoirs créateurs (l’énergie) et procréateurs (la matière) du cosmos ainsi que leurs actions.

Durant l’accomplissement de ces rites sexuels, les enveloppes masculines et féminines deviennent des médiums temporaires à travers lesquels ces pouvoirs s’expriment et se manifestent dans la matière et ses formes. Ils participant de cette manière à la continuité des cycles évolutifs de ce système stellaire, Solaria.

 Ces 6 rites de l’énergie sont:

1) L’Enarxis (Έναρξης) – l’initiation sexuelle

2) Le Taxidi (Ταξίδι) – l’exploration et maitrise des sens

3) Le Kallipygos (Καλλίπυγος) – la libération et canalisation des énergies sexuelles.

4) L’Anagénnisi (Αναγέννηση) – le renouvellement des énergies sexuelles masculines et féminines.

5) Le Gennisi (Γέννηση) – le culte de la Procréation

6) L’Aphrodisia (Αφροδίσια) – la fermeture de l’ ancien et l’ouverture d’un nouveau cycle sexuelle .

Connectés ensembles, les 6 rites sexuels forment les stades du cycle de l’énergie sexuelle et de ses pouvoirs créateurs et procréateurs. Le suivi de ce cycle à travers l’engagement de ses rites est aussi une maitrise et gestion de l’énergie sexuelle et de ses pouvoirs dans le continuum espace-temps.

Mais ces derniers constituent également une éducation sexuelle à part entière impliquant à la fois le coté visible et “technique” (si on peut dire ainsi), et le coté invisible, psychologique, énergétique et occulte de la sexualité.

Enfin l’accomplissement de ces rites prennent la forme d’un jeu de plaisir et de sensualité. Le fait que cela soit engager dans cet état d’esprit permet aussi de dédramatiser, de relativiser le coté occulte, ésotérique afin de replacer le sexe dans sa fonction réelle et son contexte dans le cosmos.

La préparation au rite

La préparation aux rites d’énergie est une préparation à la fois psychique, énergétique et biologique.

Dans la préparation psychique, l’esprit doit être ouvert et disponible sans peur ni haine. Dans la préparation énergétique, l’initié doit être assez reposé pour être en capacité d’engager les rites (dormir avant), mais également faire un nettoyage énergétique afin que son corps ne contienne et donc communique aucune énergie négative et toxique au moment du rite.

Pour la préparation biologique, le corps doit être propre et nettoyer à travers le bain pour les femmes et la douche pour les hommes. Enfin, le corps doit être parfumé et habiller pour le rite. C’est-à-dire la cape encapuchonnée et le masque vénitien, mais également des bijoux servant de support de l’énergie vibratoire au moment du Khárisma.

L’usage de la télépathie

La télépathie et le sexe sont utilisée ensemble dans la sexualité stellaire. Dans ce sens, la télépathie est un instrument psychique et un moyen permettant de connecter l’esprit de Alpha et Beta pour le Zevgaroma (l’accouplement). Mais la télépathie est aussi usitée en amont dans le processus de séduction et d’attraction sexuelle entre ces derniers.

Pratiques interdites

Il existe toutefois des pratiques sexuelles interdites qui sont le viol, l’inceste (1), l’adultère (2), l’asphyxiophilie (sexe avec asphyxie volontaire), la pédophilie (sexe avec enfant), la zoophilie (sexe avec animaux), l’urophilie (sexe avec l’urine), la scatophilie (sexe avec excréments), la sitophilie (sexe avec la nourriture), la pharmacophilie (3), la gérontophilie (sexe avec les personnes en fin de vie), la nécrophilie (sexe avec les cadavres).

Ces interdits existent sur la voie du shandarien non pas pour des raisons éthiques ou morales, mais pour des raisons sanitaires (donc de santé) et de protection des énergies et de leurs taux vibratoires.

(1) Il nous est interdit de pratiquer l’inceste et les relations consanguines afin d’éviter l’apparition les tares génétiques et ainsi préserver la qualité du collectif biologique en cas de fécondation.

(2) Il nous est interdit de pratiquer l’adultère pour ne pas briser volontairement et sciemment les liens psychiques et énergétiques crées entre 2 forces de vie pour la poursuite de leurs expériences communes de réalité.

(3) En médecine, la pharmacophilie définit une dépendance toxicomaniaque aux médicaments. Mais dans la sexualité stellaire elle est aussi le sexe avec des drogues et/ou de l’alcool. Par exemple, la personne prend de la drogue avant de coucher. Or les drogues inhibent ses faccultés psychiques et énergétiques. Du coup elle n’est plus là pour accomplir le Khárisma. A la place, elle se laisse emporter par la drogue et fait un trip. Important: la drogue ou l’alcool n’augmente pas les sensations ni le plaisir sexuel. Au contraire, elle les diminue!

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × trois =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!