SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

La virginité, que dit le Shandarisme?

Dans la pensée shandarienne la virginité qu’elle soit masculine ou féminine n’existe tout simplement pas. Il s’agit simplement d’une croyance qui n’a pas de réalité. De ce fait, une femme ou un homme vierge n’existe pas, sauf dans la tête de ceux et celles qui y croit encore.

Pourquoi la virginité n’a pas de réalité pour les shandariens?

Pour le comprendre, il faut prendre en compte les aspects énergétique/quantique et biologique/organique que la question soulève.

Pour l’aspect énergétique/quantique

Traditionnellement, la virginité se définit comme l’état d’un homme ou d’une femme qui n’a pas eu de rapport sexuel. Or dans la pensée shandarienne, la définition de rapport sexuel est complètement différent de celle des non-shandariens.

A savoir qu’un rapport sexuel n’est rien d’autre qu’un contact physique aux organes génitaux qu’il y ait ou pas stimulation et/ou pénétration. 

De ce fait,  se laver les organes génitaux est déjà un rapport sexuel en soi puisqu’il y a un contact! Les pratiques bucco-génitales et digito-génitales (masturbation) sont aussi considérées comme des rapports sexuels puisqu’il y a un contact.

Pour l’aspect biologique/organique

Chez la femme, la virginité est associée à un hymen intact. Pour rappel c’ est une membrane fine et vascularisée séparant la vagin de la vulve. Sa fonction est protectrice à l’instar du prépuce chez l’homme. L’hymen existe dans différentes variantes anatomiques: imperforé, perforé, microperforé, septal, labié, annulaire, frangé ou cribriforme. Maintenant, à moins qu’il soit imperforé, l’hymen ne peut pas être intact puisqu’il est naturellement perforé pour laisser l’écoulement des fluides de ktéis au moment des menstruations. De plus, il peut arriver que certaines femmes naissent sans hymen. Il n’y a rien d’ anormal ni de pathologique dans ce cas bien précis, c’est juste la nature et rien d’autre. Enfin, l’hymen peut aussi se rompre sans qu’il n’y ait eu de coït. C’est le cas lors de masturbation, d’introduction de tampon hygiénique ou encore avec le sport (vélo, équitation, etc). Ainsi associé la virginité à la présence d’un hymen intact est un non-sens en soi.

Chez l’homme, chose rarement connue, la virginité est associée à un prépuce non décalotté. Pour rappel aussi, le prépuce est une membrane vascularisée dont la fonction est protectrice et immunologique. Or un prépuce non décalotté ne peut pas non plus être signe de virginité masculine.  Puis qu’il se décalotte par simple manipulation digitale sans qu’il n’y ait de coït. De plus les hommes circoncis n’ont plus de prépuce. Ce qui invalide  l’existence d’une quelconque virginité chez l’homme.

Si il n’y a pas de virginité, il ne peut pas non plus y avoir de perte de virginité, qu’elle serait précoce ou tardive. De même que les tests et certificats de virginité n’ont pas non plus raison d’être, puisque cette virginité n’existe pas. On ne peut tester ni certifier l’existence d’une chose qui n’existe pas.

La question de la défloration

Chez les shandariens, on ne parle pas de défloration, car la signification du terme est vue comme inappropriée. En effet, le terme défloration est ici synonyme de destruction de l’hymen. Or, l’hymen n’est pas détruit, mais élargit. Ainsi, on ne parle pas de défloration, mais d’élargissement hyménéale.

A partir de là, pour la femme qui possède un hymen, celui-ci ne doit pas se déchirer, mais sa perforation naturelle se détendre pour s’élargir. Ce qui implique qu’il ne doit pas y avoir de déchirure, de saignement ni de douleur lors du coït. Maintenant s’ il y a déchirure, cela signifie que le coït à été trop brutal et violent. Ce qui à générer un choc, un traumatisme de l’hymen entrainant un saignement et de la douleur. Après déchirure, la membrane cicatrise en formant des fragments appelés caroncules hyménéales.

Pureté et impureté sexuelle

Traditionnellement,  on considère une fille/femme pure lorsqu’elle n’a pas eu de relation sexuelle avec son hymen intact, et impure dans le cas contraire. Or, la notion de pureté ou d’impureté sexuelle diffère totalement dans la pensée shandarienne. Et oui, encore un autre différent point de vue! Le status de pureté sexuelle dans le shandarisme n’est pas lié à la virginité, mais à l’absence de MST (Maladie Sexuellement Transmissible). Dans ce sens,  une femme est pure lorsqu’elle n’est pas porteuse de MST et impure dans le cas contraire. Idem pour l’homme sexuellement pure ou impure.

Les MST étant généralement asymptomatiques et silencieuses, on ne peut pas savoir si un homme ou femme est sexuellement pure ou non à première vue, seul un dépistage peut le dire. Soyons pragmatique!

Hyménotomie  et Hyménoplastie

L’hyménoplastie: Il s’agit d’une opération de restauration de l’hymen en vue de retrouver une virginité perdue. Or, la virginité n’existant pour pour les shandariens et les shandariennes, vouloir restaurer l’hymen pour retrouver cette dite virginité n’a pas de sens. C’est pour cela que l’hyménoplastie ne se pratique pas chez les femmes shandariennes. De plus, sachant que l’hymen sera de nouveau déchiré par la suite, cette opération est complètement inutile. C’est une perte de temps, d’énergie et d’argent. Rien d’autre.

L’Hyménotomie : Chez certaines filles, l’hymen est trop épais, trop rigide voir pas assez perforé. Ce qui a pour effet de faire obstruction à l’écoulement des fluides de Ktéis lors des menstruations. Une obstruction pouvant alors généré des problèmes gynécologiques chez ces dernières. Pour remédier à cela, une hyménotomie qui est une incision de l’hymen est parfois nécessaire. Soutenant écoulement de la vie, le Shandarisme ne s’oppose nullement à cette petite opération chirurgicale.

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − 8 =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!