SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

Les 2 manières de pratiquer le Shandarisme

Lorsqu’on suit le chemin des étoiles, il y a 2 manières de pratiquer le Shandarisme qui sont l’une écologique que l’on pourrait qualifier de « positive » et une autre toxique que l’on pourrait qualifier de « négative ».

A partir de là, ce qui va définir que la pratique soit écologique/positive ou toxique/négative va dépendre de la présence à la fois de bliss (énergie à haute fréquence) et de kesh (énergie à basse fréquence) et de leurs rapports. Rappelez-vous ainsi que le bliss ne peut exister que par rapport au kesh et que le kesh ne peut exister que par rapport au bliss. Il faut les deux. Autrement dit, l’ombre du kesh et la lumière du bliss.  Maintenant:

  • Si il y + de bliss et – de kesh > la pratique du shandarisme est écologique/positive
  • Si il n’y a + de kesh et – de bliss > la pratique du shandarisme est toxique/negative

Enfin, quand il a 80% de bliss contre 20% de kesh, on parle d’un shandarisme de lumière. Inversement, quand il y a 80% de kesh contre 20% de bliss, on parle d’un shandarisme sombre ou « shandarisme noir« .

Déterminisme d’une pratique écologique et toxique

La pratique écologique comme toxique du shandarisme est la conséquence, le résultat d’un ensemble de cause et conditions. Si vous avez un shandarisme de lumière ou un shandarisme noir, c’est que vous avez tout fait pour y parvenir. Ainsi:

> La pratique écologique shandarienne découle des pensées, vibrations et actions physiques faites dans l’orthodoxie shandarienne ainsi que dans le respect de l’ordre naturel de l’univers et des lois du cosmos. Là ou se forme le bliss.

> La pratique toxique shandarienne découle des pensées, vibrations et actions physiques faites dans l’hétérodoxie shandarienne ainsi que dans le non-respect de l’ordre naturel de l’univers et du mépris des lois du cosmos. Là ou le Shandarien commet l’hybris à partir duquel se forme le kesh.

Enfin, pour que la pratique shandarienne soit écologique (+bliss/-kesh) et non toxique (+kesh/- bliss), le chemin des étoiles doit être suivit avec science (connaissance), conscience (clairvoyance) et intelligence (logique, sagesse). Non avec ignorance, inconscience et stupidité.

Le Shandarien est responsable de sa pratique

Sur le chemin des étoiles, le Shandarien est seul responsable de sa pratique et de ses résultats et création. C’est aussi une question de maturité de conscience. Dans ce sens l’être mature assume les conséquences positives et négatives de ses pensées, vibrations et actes. L’être immature fuit la responsabilité des conséquences de ces dernières , soit en mettant cela sur le dos de la chance quand c’est positive, soit en mettant cela sur le dos des autres (les gens, les conjonctures, le diable & cie) quand c’est négatif.

La pratique écologique est considérée comme licite et la pratique toxique comme illicite. Toutefois la justice shandarienne ne sera saisie que si les effets de cette pratique illicite mènent à de la destruction,  des blessures voir à des décès. Ceci dans le but non pas de punir, mais de ré-équilibrer et régénérer l’ordre naturel des choses ou « rendre la justesse dans l’ordre des énergies du cosmos ». Quand à la punition, ce sont les forces naturelles du cosmos qui s’en chargeront à notre place via le choc en retour (loi parfaitement connue dans les sciences occultes et de haute magie, et qui s’applique également dans la vie de tous les jours). Souvenez-vous ainsi que dans l’univers tout se paye d’une façon ou d’une autre. C’est juste une question de temps…

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × trois =

Revenir en haut de page
SPACE VIBRATION