SPACE VIBRATION

Etre un avec le Cosmos

Coopération et compétition, que dit le Shandarisme?

Pour comprendre la position du Shandarisme au sujet de la coopération et de la compétition, il faut savoir que dans la pensée shandarienne, la coopération rapproche les êtres vers l’unicité du tout. A l’inverse, la compétition sépare et met en conflit les êtres.

La coopération est l’expression d’une intelligence et d’une excellence de l’esprit. Mais à l’inverse, la compétition est l’expression de l’idiotie (voir d’un crétinisme) et de la médiocrité. Dans ce sens, la compétition est avant tout une lutte d’égo lié à un manque de conscience et de connaissance.

Dans la pensée shandarienne, l’intelligence et l’excellence sont approuvés et recherchés alors que l’idiotie et la médiocrité rejetées. De ce fait, les Shandariens acceptent la coopération, mais rejettent la compétition. Ce qui signifie que les shandariens ne sont en compétition:

  • ni entre membre du cercle
  • ni avec d’autres organisations qu’elles soient humaines ou non-humaines

Le fait de ne pas être en compétition, mais en coopération permet alors de tendre vers l’unicité et l’armonia tout en évitant des stress, tensions et luttes inutiles liés à une concurrence de compétiteur.

La coopération et compétition dans le cosmos

La coopération est un rapport entre les êtres appartient aux plans supérieurs du cosmos alors qu’à l’inverse, la compétition appartient à ses plans inférieurs.

Celui qui marche sur le chemin des étoiles tend vers les plans supérieurs. De ce fait, il doit embrasser ce qui appartient à ces derniers. Ici la coopération et le partage conscient et intelligent des ressources.

Les shandariens sont ouverts et non fermés sur le monde extérieur. Il n’y a pas de sectarisme ni de communautarisme. Ce qui veut dire que les coopérations et collaborations avec des non-shandariens sont possibles. Toutefois, ils ne vont pas coopérer avec n’importe qui, mais seulement avec des êtres dignes de confiance et dont les intérêts convergent vers ceux de la conscience collective.

A cette effet, il est écrit dans l’Ataraxia, le livre de la loi shandarienne, à la Table V: L’Existence, Directive 9. Lois sociologiques – activités interdites, Sous-directive 256:

Je ne m’engagerai dans aucune discussion ni alliance ou coopération avec des êtres sans parole ni honneur.

Une parole et une parole

Chez les shandariens, lorsqu’il y a collaboration, une parole est une parole. Quant on s’engage à faire quelque chose, on le fait. Il n’y a pas de tergiversation ni d’excuse. Il s’agit ici d’une question d’honneur (le Nejabat), mais aussi une question d’excellence de l’être et de ses actions. Dans ce sens, les shandariens sont des hommes et des femmes de parole et d’honneur. Mais aussi des hommes et des femmes restant discrets, disciplinés et de confiance. Une discrétion et confiance utile et nécessaire à l’existence et à la continuité du Shandarisme.

Les coopérations extérieures du Shandarisme

D’ordinaire, les Shandariens ne coopèrent pas et ne collaborent pas avec les humains et encore moins avec les entreprises, associations (ONG) et gouvernements de cette planète, car ils ne leurs font pas confiances. Par contre, les humains peuvent travailler pour le Shandarisme à certains projets ci-nécessaire, que cela soit par des intermédiations ou par d’autres voies. Le Shandarisme devient ainsi leurs employeurs le temps de réalisation de ces projets en question.

Dans un autre registre, il est tout a fait possible que des alliances shandaro-extraterrestres ou shandaro-alien se fassent entre le cercle et des êtres venant d’ailleurs. Toutefois, nous n’affirmons pas être en coopération avec des intelligences venant d’outre-espace ou d’autres dimensions, mais seulement que cela est effectivement possible. Ce qui est bien différent. Ne dites pas ce que l’on n’a pas dit.

Et même si le cercle collaboraient avec d’autres races exogènes à cette planète, aucun shandarien ne le confirmera officiellement. Car ce type d’affaire est généralement placée sous le sceau du secret et qu’aucun shandarien ne se risquerait de briser le sceau. Le faire serait considéré comme de la haute trahison pour la conscience collective et les conséquences seraient terribles pour le traitre.

ZetaReticuli4779

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + dix-huit =

Revenir en haut de page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!